• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les filles plus attachées à leur mère que les fils...chez les ovins

Chez les ovins, le lien d’attachement entre le jeune et sa mère est très fort. Le fait que les agnelles soient plus fortement attachées à leur mère que les agneaux pourrait expliquer la ségrégation sexuelle observée chez les ruminants, les jeunes femelles restant dans le troupeau avec leur mère, les jeunes mâles en étant exclus.

Brebis Romane et son agnelle. © Inra, Raymond Nowak
Par Sylvie André
Mis à jour le 02/12/2016
Publié le 02/12/2016

Chez les ongulés, la ségrégation sexuelle est  très répandue et se traduit par une dispersion des jeunes mâles au moment du sevrage, contrairement aux femelles qui restent sur le territoire de leur groupe natal. Parfois, les femelles se regroupent par lignée maternelle, ce qui témoigne d’un lien social particulièrement fort entre ces femelles apparentées, comme cela existe chez certains primates. Des données sur des espèces d’ovins sauvages laissent penser à un lien mère-fille privilégié par rapport au lien mère-fils.

Cette étude avait pour but de tester l’attachement de l’agneau pour sa mère. Cet attachement a été mesuré en utilisant trois critères définis initialement chez les humains : recherche de proximité, détresse après la séparation et activité d’exploration en présence de la mère. Les agneaux âgés de trois semaines ont été testés dans deux situations expérimentales dans lesquelles ils pouvaient interagir soit avec leur mère, soit avec une brebis familière ou avec une brebis inconnue.

Les agnelles plus attachées à leur mère que leurs frères

Tout d’abord, lors d'un test de choix entre la mère et la brebis familière, les filles ont maintenu une proximité plus étroite avec la mère que les fils. Au cours du même test mais en l'absence de la mère (choix restreint à une brebis familière ou une brebis inconnue), les filles étaient en plus grande détresse que les fils.

Soumis à une épreuve avec 3 phases successives d’isolement du jeune, puis de réunion avec sa mère, puis de séparation à nouveau, la phase de réunion avec la mère a induit un comportement exploratoire plus important chez les filles que chez les fils. Ce comportement reflète le fait que, dans un environnement nouveau, les agnelles se sentent davantage en sécurité en présence de leur mère, en comparaison des agneaux.

Dans l'ensemble, les filles affichent des comportements d'attachement plus forts à leur mère que les fils. Cette différence précoce de comportement peut être un facteur clé conduisant à la préférence sociale entre femelles et à la ségrégation sociale entre les sexes.

Les conséquences de l’attachement en élevage

L’existence de cet attachement fort avec la mère, encore plus prononcé chez les femelles que chez les mâles, questionne sur les conséquences du sevrage précoce dans certaines situations d’élevage (allaitement artificiel).

Un programme d’étude (projet Région Ovin2A, métaprogramme Gisa Whelp) sur les causes de la morbidité et de la mortalité des agneaux élevés en allaitement artificiel est en cours. En plus des aspects environnementaux (bâtiment d’élevage) et nutritionnels liés au passage au lait en poudre (troubles gastro-intestinaux, ajouts de probiotiques), ce programme prend en compte les aspects psychologiques (présence de brebis adultes ou d'un soigneur palliant l’absence de la mère).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire

Références

Gaudin G., Chaillou E., Cornilleau F., Moussu C., Boivin X., Nowak R. 2015. Daughters are more strongly attached to their mother than sons: a possible mechanism for early social segregation. Animal Behaviour, 102(6), 33-43.