• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Les capacités d’apprentissage d'un cheval dépendent de son tempérament

Pourquoi les capacités d’apprentissage du cheval sont-elles variables ? Peut-on les améliorer ? L’objectif de ces travaux était de déterminer les atouts de chaque cheval en fonction de son tempérament (sa personnalité) en vue d’améliorer ses performances d’apprentissage.

CHEVAL  travaillé en confiance dans un environnement nouveau © Estelle Guilbaud
Par Sylvie André
Mis à jour le 02/02/2016
Publié le 22/07/2014

Les capacités d’apprentissage des chevaux sont sollicitées au quotidien, des premières manipulations du poulain jusqu’au travail des chevaux de haut niveau. Les cavaliers savent bien que les performances d’apprentissage (dont la mémoire), sont fortement variables d’un cheval à l’autre. Certaines études suggèrent que cette variabilité pourrait s’expliquer par des différences de tempérament. D’autres soulignent que le niveau de stress pourrait également jouer un rôle. Par exemple, certains chevaux pourraient être plus performants en conditions non stressantes, mais moins performants en cas de stress.

Quelles dimensions* de tempérament jouent un rôle dans les performances d’apprentissage ? Quelles sont les conditions les plus favorables pour apprendre selon  le tempérament d’un cheval ?

 Pour répondre à ces questions nous avons caractérisé le tempérament de plusieurs chevaux puis, nous avons évalué leurs performances d’apprentissage en les soumettant à différents tests de mémoire et différentes tâches d’apprentissage dites « instrumentales »**. Une partie des chevaux a été exposée à des facteurs de stress***. L’effet des conditions de vie a également été étudié.

Pas de bons ou de mauvais élèves !

Si le cheval est placé dans une situation stressante avant d’apprendre, les individus peureux sont toujours défavorisés. Néanmoins, en l’absence de facteur de stress, les individus peureux ont des performances de mémoire supérieures, suggérant un état d’éveil plus élevé. Par ailleurs, en cas d’état de stress induit par la tâche elle-même (cas d’utilisation de renforcements négatifs par exemple), ils sont là aussi les plus performants.

Il n’y a donc pas de bons ou de mauvais tempéraments, du point de vue des performances d’apprentissage.
Par ailleurs, les individus peureux développent plus facilement des comportements dits automatiques, au détriment de réponses plus cognitives, ce qui suggère chez eux une moins grande flexibilité comportementale.

Les autres dimensions du tempérament, telles que la grégarité, l’activité locomotrice ou la sensibilité sensorielle ont une influence moindre sur les performances cognitives.

L’importance des conditions de vie

Le tempérament des chevaux peut évoluer dans le temps. Par exemple, les chevaux aux conditions de vie enrichies (présentation d’objets nouveaux, de jouets, alimentation variée, sorties au pré en groupe) deviennent moins peureux et moins sensibles tactilement que les chevaux aux conditions de vie appauvries (aliment concentré, sortie individuelle au paddock). De plus, l’enrichissement du milieu de vie permet d’augmenter les performances lors d’un apprentissage complexe et a un effet positif sur le bien-être des animaux. Il limite également l’apparition de comportements dangereux pour l’homme lors des manipulations.

En pratique…

L’ensemble de ces travaux contribue à mieux connaître les atouts et faiblesses de chaque type de cheval en termes de capacité à apprendre et permet d’établir de nouveaux critères de sélection en fonction de l’utilisation future du cheval. Par exemple, un cheval peureux peut se révéler particulièrement performant s’il est travaillé dans des conditions qui lui sont familières, mais un cheval moins peureux pourrait être plus adapté si l’animal est destiné à apprendre en conditions "stressantes".

Il est aussi possible de personnaliser la méthode de travail de chaque cheval, en s’inspirant des tâches les plus adaptées à chaque tempérament.

Enfin,enrichir les conditions de vie des chevaux, en favorisant les sorties au pré, les contacts sociaux et certains aménagements dans leur environnement et leur alimentation permet également d’accroître les performances d’apprentissage.

 

 

*Les cinq dimensions du tempérament : Le tempérament des chevaux peut se décrire selon cinq axes, appelés également dimensions : la peur, la grégarité, la réactivité à l’Homme, l’activité locomotrice et la sensibilité sensorielle (tactile et auditive). La caractérisation du tempérament se réalise grâce à des tests mis au point dans notre laboratoire, puis testés sur plusieurs centaines de chevaux, et aujourd’hui utilisés sur le terrain.

**L’apprentissage instrumental : Un apprentissage instrumental consiste à apprendre à un individu à réaliser une action (ex. avancer) lorsqu’il reçoit un signal (ex. une pression de jambe) afin d’éviter des renforcements négatifs (ex. une forte pression de jambe) et / ou afin que des renforcements positifs soient émis (ex. récompense alimentaire). Il s’agit d’une forme d’apprentissage largement répandue dans le cadre de  l’éducation et du dressage des chevaux.

***Les situations stressantes : juste avant d’être soumis aux tâches d’apprentissage, les chevaux étaient placés ponctuellement dans un environnement nouveau, sans congénère, et dans lequel survenaient des événements soudains. Ce type de situations stressantes est semblable à celles auxquelles les chevaux domestiques sont régulièrement soumis, comme lors d’une sortie en compétition, ou encore lors d’un isolement ponctuel dans un van dans le cadre d’un transport.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Références

Lansade L., Coutureau E., Marchand A., Baranger G., Valenchon M., Calandreau L., 2013. Dimensions of Temperament Modulate Cue-Controlled Behavior: A Study on Pavlovian to Instrumental Transfer in Horses (Equus Caballus).PLoS ONE, 8 (6).
Lansade L., Simon F., 2010. Horse’s learning performances under influences of several temperamental dimensionsApplied Animal Behaviour Science 125, 30–37.
Valenchon M., Lévy F., Gorecka-Bruzda A., Calandreau L., Lansade L., 2013a. Characterization of long-term memory, resistance to extinction, and influence of temperament during two instrumental tasks in horses.Animal Cognition, 16 (6), 1001-1006.
Valenchon M., Lévy F., Fortin M., Leterrier C., Lansade L., 2013b. Stress and temperament affect working memory performance for disappearing food in horses, Equus caballus.Animal Behaviour, 86 (6), 1233-1240.
Valenchon M., Lévy F., Prunier A., Moussu C., Calandreau L., Lansade L., 2013c. Stress Modulates Instrumental Learning Performances in Horses (Equus caballus) in Interaction with Temperament.PLoS ONE,8 (4).
Valenchon M., 2013.Relations entre tempérament et performances d'apprentissage et de mémoire chez le cheval, Equus caballus., Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours, 206.