• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le porc acclimaté à la chaleur résiste mieux à un challenge inflammatoire

Une température ambiante de 30°C, lorsque les porcs ont eu le temps de s’y acclimater (élévation puis réduction de leur température interne), permet d’atténuer les conséquences d’un challenge inflammatoire sur la perte de croissance et d’ingestion d’aliment, ainsi que sur l’amplitude des réponses physiologiques et inflammatoires en comparaison d’une température de 24°C.

Cochons somnolants. © Inra, CARRERAS Florence
Par Sylvie André
Mis à jour le 18/11/2015
Publié le 17/11/2015

Avec le développement de l’élevage en milieu tropical et les conséquences attendues du réchauffement climatique, les porcs sont et seront soumis de plus en plus fréquemment à des températures élevées. La chaleur est  un facteur qui favorise la prolifération des germes pathogènes et accroit la pression sanitaire. La réponse inflammatoire associée à ces évènements sanitaires est très coûteuse du point de vue métabolique pour l’animal. Cependant, la variation de ce coût en fonction de la température n’est pas connue.
Il était donc important d’évaluer l’impact de la température 1) sur les réponses physiologiques et la croissance du porc, et 2)  sur la capacité des porcs en croissance à faire face à un challenge inflammatoire.

Une acclimatation rapide à la chaleur

L’exposition des porcs à des températures élevées (30°C au lieu de 24°C) induit une réponse en deux temps. On observe d’abord une augmentation de la température interne, une forte augmentation des pertes de chaleur et une forte diminution de la production de chaleur par l’intermédiaire de la réduction de l’ingestion (49g/j/°C). Dans un second temps (après 24 à 48 h d’exposition),la mise en place progressive des réponses d’acclimatation se traduit par un retour de la température interne au niveau initial. Ces réponses sont associées à variations hormonales reflétées notamment par de plus faibles concentrations sanguines en hormones thyroïdiennes (-18% les 3 premiers jours) et en cortisol (-44% en moyenne sur 13 jours d’exposition) à 30°C par rapport à 24°C.

 Des bénéfices inattendus

Nous avons montré pour la première fois que les températures élevées ont des effets bénéfiques enlimitant les désordres physiologiques et métaboliques causés par le challenge inflammatoire (provoqué par des injections répétées de LPS*). Ainsi, les porcs préalablement acclimatés ont des concentrations sériques moindres en cytokines pro-inflammatoires (~50% pour l’IL-1 et l’IL-6) et en protéines inflammatoires (-35% après une semaine pour l’haptoglobine). La croissance de ces animaux ainsi que les quantités de protéines et de lipides déposées au cours de la croissance sont également moins affectées par le challenge inflammatoire (-35 vs -20% pour la croissance), même si elles sont plus faibles qu’à la thermoneutralité (-16% pour la croissance).

Les travaux sur l'adaptation à la chaleur se poursuivent pour caractériser les effets à court et à long termes d’événements climatiques extrêmes de type "vagues de chaleur" sur les performances des porcs. Ces travaux sont notamment conduits dans le cadre du MP ACCAF (projet PigChange). Par ailleurs, des travaux supplémentaires seront nécessaires afin de déterminer si de telles adaptations confèrent aux porcs une meilleure résistance et tolérance face à des challenges thermiques et sanitaires, notamment en cas de contact avec un agent pathogène.

*LPS : lipopolysaccharides : constituants de la membrane externe des bactéries (ici E. coli) provoquant une réaction inflammatoire

Références

Ce travail a fait l’objet d’un financement de thèse accordé par le gouvernement brésilien (CAPES) à Paulo Campos. Une des expériences réalisées a bénéficié d’une aide financière en 2012 sous forme d’un crédit incitatif accordé par le département PHASE et une autre a été réalisée dans le cadre du projet ANR PIGFEED.

Campos, P.H.R.F., Noblet, J., Jaguelin-Peyraud, Y., Gilbert, H., Mormède, P., de Oliveira Donzele, R.F., Donzele, J.L., Renaudeau, D. 2014. Thermoregulatory responses during thermal acclimation in pigs divergently selected for residual feed intake. International Journal of Biometeorology 58: 1545-1557.

Campos, P.H.R.F., Merlot, E., Damon, M., Noblet, J., Le Floc'h, N. 2014. High ambient temperature alleviates the inflammatory response and growth depression in pigs challenged with Escherichia coli lipopolysaccharide. The Veterinary Journal 200: 404-409.

Campos, P.H.R.F., Labussière, E., Hernández-García, J., Dubois, S., Renaudeau, D., Noblet, J. 2014. Effects of ambient temperature on energy and nitrogen utilization in lipopolysaccharide-challenged growing pigs. Journal of Animal Science 92: 4909-4920.

Campos, P.H.R.F., Merlot, E., Damon, M., Noblet, J., Le Floc'h, N., 2013. Effects of high ambient temperature on responses of pigs to an inflammatory challenge. In: 64th Annual Meeting of the European Association for Animal Production, 2013, Nantes, France. (Présentation orale- Best Presentation Award Physiology Section)